Add a new lesson / test
Please log in!


Remember me
Lost password


2 million accounts created!
JOIN our free club and learn French now!




Get a free French lesson every week!

  • Home
  • Contact
  • Print
  • Guestbook
  • Report a bug


  •  
    Recommended:
    > French translator



    Ads:





    Learn French > French lessons and exercises > French test #56159
    > Other French exercises on the same topic: Subjunctive [Change theme]
    > Similar tests: - Subjunctive present - Subjonctif ou indicatif - Subjonctif présent - Imparfait du subjonctif - Présent ou subjonctif présent? - Subjonctive and usual expressions - Verbes d'opinion +subjonctif ou indicatif - Subjonctif ( approfondir )
    > Double-click on words you don't understand


    Subjonctif dans les subordonnées


    Le subjonctif.

     

    Le subjonctif exprime le doute, l'incertitude, la volonté, le désir, le souhait... On le rencontre le plus souvent dans les propositions subordonnées, mais on le retrouve également dans des propositions indépendantes ou principales.

      

    1. Le subjonctif indépendant.

     

    On emploie le subjonctif dans une proposition indépendante ou principale pour exprimer :

     

    1. Un ordre à la 3ème personne.

    Allons, que l'on soit sage en attendant l'émission !

    2. Un souhait :
    a) A la 3ème personne, sans "que".
    b) A toutes les personnes, avec "que".
    c) « Puisse » aux diverses personnes s’emploie fréquemment pour exprimer un souhait.


    Périsse le Troyen, auteur de nos alarmes. (Racine).
    Que tu sois aussi sage m’étonne !
    Puisses-tu être toujours aussi sage !

    3. Un regret.

    Plût au ciel qu’il eût réussi !

    4. Une concession.

    Qu’il fasse comme il lui plaira.

    5. Une indignation.

    Que tu aies cru ses paroles, m’étonne !

     

    2. Le subjonctif subordonné.

     

    .1. La subordonnée sujet.

    1. La proposition subordonnée sujet introduite par la conjonction de subordination "que" demande le subjonctif, mais placée après la principale, le verbe sera à l’indicatif.

    Que vous ayez été malade, cela se voit.

    Cela se voit que vous avez été malade.

    2. Après les verbes impersonnels et les locutions verbales de même nature marquant :
    a) la possibilité ou l’impossibilité ;
    b) le doute ;
    c) la nécessité ;
    d) l’appréciation (positive ou négative) ;

    a) Il se peut qu’il vienne demain.

    b) Il doute que vous soyez à l’heure en partant maintenant.

    c) Il faut que tu lises cet ouvrage.

    d) C’est dommage que tu sois toujours en retard !

    3. En général, on emploiera également le subjonctif après un verbe impersonnel employé :
    a) négativement ;
    b) interrogativement ;

    c) dubitativement.

    a) Il n’est pas certain qu’il puisse venir demain de bonne heure.

    b) Est-il exact que vous pensiez aller en Espagne cette année ?

    c) S’il est écrit que je doive déménager, je le ferai.

    4. On emploiera toujours le subjonctif si la proposition sujet réel précède le verbe impersonnel.

    Que tu sois absente à ton cours montre ton peu d’intérêt pour cette formation.


    2. La subordonnée attribut ou mise en apposition.

    Dans une proposition subordonnée attribut ou mise en opposition, on emploie le subjonctif : a) pour exprimer un fait envisagé seulement par la pensée,
    b) ou un fait qui remue l’âme.

    a) Il vivait dans la crainte qu’on le découvrît.

     

    b) L’essentiel est que tu aies réussi tes examens.

     

     

    3. La subordonnée relative.

    On emploie le subjonctif dans une subordonnée relative

    a) pour exprimer un but à atteindre, une intention, c’est-à-dire un fait envisagé seulement dans la pensée ;

    b) lorsque l’antécédent est accompagné d’un superlatif ;

    a) Je cherche une secrétaire qui puisse tenir aussi mon agenda.

    b) Le meilleur professeur que tu puisses avoir est peut-être ton frère.

    MAIS : Le meilleur professeur que tu peux avoir ne fera pas le travail à ta place.  (Il s’agit ici d’un fait réel, et l’indicatif est de rigueur).


    4. La subordonnée C.O.D.

    1. Conjonction « que « : On emploie le subjonctif dans une subordonnée C.O.D.

    a) Si la principale contient une négation ou une interrogation.
    b) Si la subordonnée précède la principale.
    c) Si le verbe de la principale exprime un mouvement de l’âme : désir, crainte, volonté, ordre, joie, doute, défense, regret, concession, etc.

    a) Je ne crois pas qu’il puisse t’aider pour tes devoirs.

    b) Que tu l’attendes, c’est ton droit ; moi, je pars.

    c) J’exige que tu viennes m’aider.

    2. Conjonction « de ce que » : Le subjonctif sera employé si le verbe de la principale est au conditionnel.

    Il se plaint de ce que la vie est chère.
    Je serais étonné  de ce que mon oncle fût déjà là.

    3. Conjonction « à ce que » : Le subjonctif est obligatoire.

    Je m’oppose à ce qu’il vienne demain.


    5. La subordonnée circonstancielle.

    1. Le temps : Les propositions subordonnées de temps introduites par « avant que – jusqu’à ce que – en attendant que » relatent des faits envisagés, non encore réels, mais simplement possibles ; dès lors, elles se mettent au subjonctif.

    Avant que tu viennes, j’irai faire quelques courses.

    2. La cause : Le subjonctif est requis lorsque la proposition est introduite par « non que, non pas que, ce n’est pas que  », la cause exprimée ne correspondant pas à la réalité. On l’emploie également après « pour que ».

    Il doit être bien malade pour qu’il ne veuille plus quitter sa chambre.

    3. La conséquence :
    a) La proposition se mettra au subjonctif si elle est introduite par « assez…pour que – trop… pour que – trop peu… pour que – suffisamment…pour que ; il faut… pour que ».
    b) Après une principale négative ou interrogative, la subordonnée de conséquence se met également au subjonctif.

    a) Je connais trop peu l’affaire pour que je fasse cette démarche.

    b) Vous n’êtes pas si bêtes que vous ne puissiez comprendre ce texte.

    4. Le but : La réalisation du but est plus ou moins incertaine, le mode employé sera donc toujours le subjonctif.

    Afin que tu puisses étudier à l’aise, j’ai éteint la télévision.

    5. La manière :  La locution conjonctive « sans que » est suivie du subjonctif.

    Nous arrangerons cette affaire sans qu’il le sache.

    6. La condition : Après les locutions conjonctives « à condition que, pourvu que, pour peu que, supposé que, soit que…soit que, soit que… ou que, à moins que, moyennant que », il faut employer un subjonctif.

    A condition que tu viennes dimanche, je préparerai un repas chaud.

    7. L’opposition ou la concession : La conjonction « quoique » et les locutions « bien que, malgré que, si…que, où que, encore que, pour…que, quel que, quelque… que, qui que, quoi que, qui ou quoi que ce soit, qui ou quoi que ce soit que » entraînent toujours l’emploi du subjonctif.

    Quoi que tu fasses, je te soutiendrai.

    Justifiez l'emploi du subjonctif.



    Twitter Share
    French exercise "Subjonctif dans les subordonnées" created by mariebru with The test builder
    Click here to see the current stats of this French test [Save] [Load] [?]


    1. Je cherche une maison qui me plaise.



    2. Il a dû faire de grosses bêtises pour que tu sois si fâchée.



    3. Jusqu'à ce que tu interviennes, ces garçons se disputaient.



    4. Il est possible qu'il reçoive un nouvel ordinateur.



    5. Qu'il aille au diable !



    6. Je me réjouis que tu sois le premier de ta classe.



    7. Mon souhait est qu'il étudie mieux à l'école.



    8. Je dispose de trop peu de temps pour que je puisse faire ce travail correctement.



    9. Que j'aie pu croire de telles sornettes me sidère encore !



    10. Sans que tu prennes le temps de réfléchir, fais cet exercice.











    End of the free exercise to learn French: Subjonctif dans les subordonnées
    A free French exercise to learn French.
    Other French exercises on the same topic : Subjunctive | All our lessons and exercises

    Share : Facebook / Google+ / Twitter / ...