Add a new lesson / test
Please log in!


Remember me
Lost password


2 million accounts created!
JOIN our free club and learn French now!




Get a free French lesson every week!

  • Home
  • Contact
  • Print
  • Guestbook
  • Report a bug


  •  
    Recommended:
    > French translator



    Ads:





    Learn French > French lessons and exercises > French test #8707
    > Other French exercises on the same topic: Several tests [Change theme]
    > Similar tests: - Placment test : grammar A1/A2 - French placement test - Test de niveau français N° 2-Je confirme mes acquis - Bilan de connaissances : Nature - Test d'évaluation A2 - Grammaire mnémotechnique - Sur la route : Bilan de connaissances. - Phrases
    > Double-click on words you don't understand



    Extrait de ' La petite Fadette' de Georges Sand.



    Find 20 mistakes in this text.



    Il avait déjà trois enfants, quant la mère Barbeau, voyant sans doute qu ' elle avait assez de bien pour cinq, et qu ' il fallait se dépêcher, parce que l ' âge lui venait, s ' avisat de lui en donner deux à la fois, deux beaux garçons ; et, comme ils étaient si pareil qu ' on ne pouvait presque pas les distinguer l ' un de l ' autre, ont reconnut bien vite qu ' ils étaient deux bessons, c ' est-à-dire deux jumaux d ' une parfaite ressemblence.
    La mère Sagette, qui les reçus dans son tablier comme ils venais au monde, n ' oublia pas de faire au premier-né une petite crois sur le bras avec son aiguille, parce que, disait-elle, un bout de ruban un collier peut se confondre et faire perdre le droit d ' ainesse. Quand l ' enfant sera plus fort, dit-elle, il faudra lui faire une marque qui ne puisse jamais s ' effacer ; à quoi l ' on ne manqua pas. L ' aîné fût nommé Sylvain, dont on fit bientôt Sylvinet, pour le distingué de son frère aîné, qui lui avait servi de parrain ; et le cadet fut appeler Landry, nom qu ' il garda comme il l ' avait reçu au baptême, parce que son oncle, qui était son parain, avait gardé de son jeune âge la coutume d ' être appelé Landriche.
    Le père Barbeau fut un peu étonné, quand il revînt du marché, de voire deux petites têtes dans le berceau. -- Oh ! oh ! fit-il, voila un berceau qui est trop étroit. Demain matin, il me faudra l ' agrandir. - Il était un peu menuisier de ces mains, sans avoir appris, et il avait fait la moitié de ses meubles. Il ne s ' étonna pas autrement et alla soigné sa femme, qui but un grand verre de vin chaud, et ne s ' en porta que mieux.

    Click on the errors :
           







    End of the free exercise to learn French: La Petite Fadette (trouvez les erreurs)
    A free French exercise to learn French.
    Other French exercises on the same topic : Several tests | All our lessons and exercises

    Share : Facebook / Google+ / Twitter / ...