Add a new lesson / test / 1 lesson per week
Log in!

Click here to log in
New account
4 million accounts created!
JOIN our free club and learn French now!




Get a free French lesson every week!

  • Home
  • Contact
  • Print
  • Guestbook
  • Report a bug


  •  




    Ads:





    Aventure

    Cours gratuits > Forum > Apprendre le français || En bas

    [POSTER UNE NOUVELLE REPONSE] [Suivre ce sujet]


    Aventure
    Message de azeddine1 posté le 25-09-2018 à 12:04:20 (S | E | F)
    Bonjour tout le monde. Pouvez-vous m’aider à corriger ce texte s’il vous plaît ? Merci d’avance.
    Un jour de l’automne dernier, je ramassai mes effets et montai ma voiture pour aller à la découverte d’un endroit qui s’appelait « Œil de l’enfer ». Je ne l’avais jamais visité, cette fois-ci était ma première visite. J’exerçais ce genre de sport depuis l’âge de l’adolescence. J’arrivai à ma destination après cinq heures de route. L’endroit était vide de personnes et d’arbres comme si c’était un désert mais il était magnifique et étonnant. Je descendis du véhicule et portai mon sac à dos qui contint une bouteille d’eau, un appareil vidéo et une corde avec accessoire réservés pour l’escalade des montagnes. Je marchai plus de quatre heures sous une température très élevées, je bus presque la moitié de mon réserve d’eau. Je ne rencontrai pas de quelqu’un, ce désert était calme à l’exception des cris de quelques aigles qui volaient et suivaient mon chemin. Tout à coup, l’orage éclata, je courus dans toutes les directions pour trouver un abri. J’aperçus une grotte et sans penser, j’y descendis à pied, le passage était étroit et aigue, malheureusement mes jambes glissèrent et je tombai brusquement et ma main droite coinça sous un grand rochet. Je ne pus pas bouger, j’essayai de retirer ma main mais en vain et je sentis une grande douleur. J’appelais au secours mais personne n’était pas ici et je suppliais le Dieu : « Oh mon Dieu aide-moi ! Que fais-je pour sortir de cette crise ? ». Je me souviens que je portai mon téléphone mais ma joie partit en fumée quand je découvris qu’il était hors réseau. Je ne savais pas combien de temps que je resterais ici. La pierre était lourde et solide si bien que toutes mes tentatives pour la casser sont échouées. Trois jours passèrent sans nourriture et je n’avais pas encore de puissance pour rester à vie, l’eau expira ce qui compliqua encore ma situation. Je sortis mon appareil vidéo pour enregistrer cet instant et pour passer le temps : « Je demande pardonne de ma mère car je ne réponds pas à son téléphone si j’en fais je vais lui dire ma destination et je n’ai pas avisé ma meilleure amie sur cette aventure malgré sa persistance ; je suis bloqué ici à cause de mon égoïsme. » Je levai mes yeux au ciel et vis plusieurs aigles volaient proche de moi, ils attendaient mon terme. Je criais : « je ne vais pas mourir, je suis l’homme des défis », puis je perdis connaissance. Le cinquième jour je me réveillai sans force et je décidai de mettre fin à tout cela, je retirai le couteau, serrai mon bras par une corde et je le coupai. « Quelle douleur ! Oh mon Dieu aide-moi ! » Me dis-je. Le sang jaillissait par tout, je mis l’alcool sur la plaie et enveloppai ma main par un linge pour arrêter l’hémorragie. Puis je passai par une issue pour me trouver finalement en dehors de la grotte. Heureusement la tempête s’acheva, Je courus pour gagner du temps car je perdis beaucoup de sang. Je tombai sur mes jambes ; mon corps était épuisé et je crus que c’est la fin pour moi. « Tu vas bien monsieur ?» Je tournai ma tête et voir un monsieur qui porta pour moi l’espoir. « Non je ne vais pas bien » répondis-je. Il appelait la police qui envoyait un hélicoptère qui m’avait évacué d’urgence. Le lendemain matin, la presse m’interrogeait parce que tout le monde voulait tout savoir sur mon aventure. Je la donnai la vidéo accompagnée d’un conseil écrit : « ne jamais partir à un endroit isolé sans aviser personne ».


    Réponse : Aventure de alienor64, postée le 27-09-2018 à 09:05:49 (S | E)
    Bonjour azeddine1

    Savez-vous que des textes aussi longs que le vôtre exigent de ceux qui vous aident un temps que vous n'imaginez peut-être pas ? Pouvez-vous à l'avenir poster des récits moins longs en les scindant en deux ou trois parties ? Cela aidera et vos 'correcteurs' et vous-même.
    Merci pour eux !

    Pour savoir à quels temps du passé conjuguer vos verbes, lisez ceci : Lien internet
    Lien internet
    Lien internet


    Un jour de l’automne dernier, je ramassai mes effets et montai (ici, 'monter' est intransitif, donc suivi d'une préposition) ma voiture pour aller à la découverte d’un endroit qui s’appelait « Œil de l’enfer ». Je ne l’avais jamais visité, cette fois-ci(incorrect, car 'cette fois-ci' indique qu'il y a eu un précédent ; or, il n'y en a pas eu puisque c'est votre première visite) c'était ma première visite. J’exerçais ce genre de sport(quel sport ???) depuis l'âge de(enlever) l’adolescence. J’arrivai à ma(enlever) destination après cinq heures de route. L’endroit était vide de personnes(formulation maladroite à remplacer par un adjectif pour qualifier un lieu sans habitant) et (ici, mettez une préposition qui marque l'absence, la privation et enlevez la préposition élidée 'd') d’arbres comme si c’était un désert(virgule) mais il était magnifique et étonnant. Je descendis du véhicule et portai mon sac à dos qui contint(autre temps, car le passé simple indique une action ponctuelle dont la durée est limitée) une bouteille d’eau, un appareil vidéo et une corde avec accessoire(un seul accessoire ?) réservés pour(autre préposition) l’escalade des montagnes. Je marchai plus de quatre heures sous une température très élevées(accord), je bus presque la moitié de mon(accord avec 'réserve') réserve d’eau. Je ne rencontrai pas de quelqu'un(incorrect ; à remplacer par un seul mot), ce désert était calme à l’exception des cris de quelques aigles qui volaient et suivaient mon chemin. Tout à coup, l’orage éclata, je courus dans toutes les directions pour trouver un abri. J’aperçus une grotte et sans penser(autre verbe : 'réfléchir'), j’y descendis à pied(à enlever),(point-virgule) le passage était étroit et aigue(ici, ce mot n'a pas de sens),(point) malheureusement(virgule) mes jambes glissèrent et(enlever ; point-virgule) je tombai brusquement et ma main droite coinça(ici, ce verbe est pronominal) sous un grand rochet(orthographe). Je ne pus(autre temps) pas bouger,(autre signe de ponctuation) j’essayai de retirer ma main mais(enlever) en vain(après le verbe) et je sentis une grande douleur. J'appelais(autre verbe 'crier' et autre temps : pourquoi cet imparfait ?) au secours(entre guillemets) mais personne n'était pas ici(incorrect, à enlever. Mettez 'il y avait' à la forme négative + 'personne' ) et(à enlever. Mettez un adjectif pour qualifier votre état de détresse, suivi d'une virgule) je suppliais le(enlever) Dieu : « Oh mon Dieu(virgule) aide-moi ! Que fais-je(à enlever ; conjuguez le verbe 'devoir' à la forme interrogative suivi de 'faire') pour sortir de cette crise (ce mot ne convient pas)? ». Je me souviens(autre temps) que je portai(autre temps) mon téléphone(virgule) mais ma joie partit en fumée(à enlever ; conjuguez 's'évanouir') quand je découvris qu’il était hors réseau. Je ne savais pas combien de temps que (enlever) je resterais ici. La pierre était lourde et solide(enlever) si bien que toutes mes tentatives pour la casser sont échouées(autre auxiliaire ; soyez attentif au participe passé employé avec cet auxiliaire). Trois jours passèrent sans nourriture et je n’avais pas encore(à remplacer par un adverbe qui signifie 'en quantité suffisante') de puissance(autre mot) pour rester à(autre préposition) vie,(point-virgule) l’eau expira(autre verbe)(virgule) ce qui compliqua encore ma situation. Je sortis mon appareil vidéo pour enregistrer cet instant et pour passer le temps : « Je demande pardonne(orthographe) de(autre préposition) ma mère car je ne réponds pas à son téléphone(incorrect : il s'agit d'appels téléphoniques) (point)si j'en fais(que voulez-vous dire ?)(virgule) je vais lui dire ma destination( incorrect ; autre mot ou autre expression car une destination est l'endroit vers lequel on se dirige ; or, vous êtes arrivé dans cet endroit) et je n’ai pas avisé ma meilleure amie sur(autre préposition) cette aventure(ce n'est pas exact ; vous n'avez pas informé votre amie de votre destination) malgré sa persistance(ce mot ne convient pas) ; je suis bloqué ici à cause de mon égoïsme. » Je levai mes(déterminant défini) yeux au ciel et vis plusieurs aigles (pronom relatif sujet) volaient proche(à enlever ; il faut un adverbe et non cet adjectif) de moi, ils attendaient mon terme(autre mot). Je criais(pourquoi cet imparfait ?) : « je(majuscule) ne vais pas mourir, je suis l’homme des défis », puis je perdis connaissance. Le cinquième jour(virgule) je me réveillai sans force et je(enlever) décidai de mettre fin à tout cela,(point) je retirai(ce verbe est mal employé ; conjuguez 'sortir') le couteau, serrai(le verbe exact est 'garroter') mon bras par(autre préposition : 'avec') une corde et je(enlever) le coupai(autre verbe plus approprié : 'tailler'). « Quelle douleur ! Oh mon Dieu(virgule) aide-moi ! » Me(minuscule) dis-je. Le sang jaillissait par tout(en un seul mot),(point-virgule) je mis (préposition) l’alcool sur la plaie et enveloppai ma main par(autre préposition) un linge pour arrêter l’hémorragie. Puis je passai par une issue(avant de passer par cette issue, vous avez oublié de dire que vous avez certainement marché pour la trouver) pour me trouver finalement en dehors de (mieux 'hors de') la grotte. Heureusement (virgule) la tempête s'acheva(autre verbe : 'passer' au plus-que-parfait),(pas de virgule, mais conjonction de coordination) Je(minuscule) courus pour gagner du temps car je perdis(autre temps) beaucoup de sang. Je tombai (conjuguer 'ne plus tenir') sur mes jambes ; mon corps était épuisé et je crus que c’est(autre temps : imparfait) la fin pour moi(après 'je crus que'). « Tu vas bien(virgule) monsieur ?» Je tournai ma(déterminant défini) tête et voir(à conjuguer) un monsieur qui porta(autre temps et autre verbe : 'apporter') pour moi(à remplacer par le pronom personnel COI 1ere personne du singulier à élider devant le verbe) (ici, préposition) l’espoir. « Non (virgule) je ne vais pas bien » répondis-je. Il appelait(autre temps) la police qui envoyait(autre temps) un hélicoptère qui m'avait évacué d'urgence(temps incorrect, mais enlevez ce qui et souligné et remplacez-le par une préposition marquant le but suivie du verbe à l'infinitif, précédé, comme vous l'avez fait, d'un pronom personnel COD élidé). Le lendemain matin, la presse m’interrogeait parce que tout le monde voulait tout savoir sur mon aventure. Je la(il faut un pronom personnel COI et non COD) donnai la vidéo accompagnée d’un conseil écrit : « ne (majuscule) jamais partir à(autre préposition) un endroit isolé sans (ici, pronom personnel COI représentant le fait d'aviser quelqu'un de votre départ) aviser personne'(mettez devant ce mot un déterminant indéfini)


    Bonne correction.



    Réponse : Aventure de azeddine1, postée le 27-09-2018 à 12:53:07 (S | E)
    Bonjour Alienor et merci beacoup.
    Un jour de l’automne dernier, je ramassai mes effets et montai dans ma voiture pour aller à la découverte d’un endroit qui s’appelait « Œil de l’enfer ». Je ne l’avais jamais visité, c'était ma première visite. J’exerçais ce genre de sport aventure depuis l’adolescence. J’arrivai à destination après cinq heures de route. L’endroit était inhabitable et sans arbres comme si c’était un désert, mais il était magnifique et étonnant. Je descendis du véhicule et portai mon sac à dos qui contenait une bouteille d’eau, un appareil vidéo et une corde avec accessoires réservés à l’escalade des montagnes. Je marchai plus de quatre heures sous une température très élevée, je bus presque la moitié de ma réserve d’eau. Je ne rencontrai personne, ce désert était calme à l’exception des cris de quelques aigles qui volaient et suivaient mon chemin. Tout à coup, l’orage éclata, je courus dans toutes les directions pour trouver un abri. J’aperçus une grotte et sans réfléchir, j’y descendis ; le passage était étroit. Malheureusement, mes jambes glissèrentet ; je tombai brusquement et ma main droite se coinça sous un grand rocher. Je ne pouvais pas bouger. J’essayai en vain de retirer ma main et je sentis une grande douleur. Je criai « au secours» mais il n'y avait personne pour me sauver. Angoissé, je suppliais Dieu : « Oh mon Dieu, aide-moi ! Que dois-je faire pour sortir de ce danger ». Je me souvins que je portais mon téléphone, mais ma joie s'évanouit et partit en fumée quand je découvris qu’il était hors réseau. Je ne savais pas combien de temps je resterais ici. La pierre était lourde si bien que toutes mes tentatives pour la casser ont échoué. Trois jours s'écoulèrent sans nourriture et je n’avais pas suffisamment de force pour rester en vie ; l’eau est finie ce qui compliqua encore ma situation. Je sortis mon appareil vidéo pour enregistrer cet instant et pour passer le temps : « Je demande pardon à ma mère car je ne réponds pas à son appel au téléphone. Si j'en fais( en = si je réponds au téléphone), je vais lui dire ma destination ( ma destination est l'oeil d'enfer, elle est connue sur la carte mais je n'ai pas informé ma mère) comme je n’ai pas avisé ma meilleure amie de ma direction malgré sa pertinence. Je suis bloqué ici à cause de mon égoïsme. » Je levai les yeux au ciel et vis plusieurs aigles qui volaient auprès de moi, ils attendaient ma fin. Je criai ( car je criais plusieurs fois): « Je ne vais pas mourir, je suis l’homme des défis », puis je perdis connaissance. Le cinquième jour, je me réveillai sans force et décidai de mettre fin à tout cela. Je sortis le couteau, garrotai mon bras avec une corde et le taillai ( Tailler ce n'est pas forcement couper) . « Quelle douleur ! Oh mon Dieu, aide-moi ! » me dis-je. Le sang jaillissait partout ; je mis de l’alcool sur la plaie et enveloppai ma main avec un linge pour arrête

    -------------------
    Modifié par azeddine1 le 27-09-2018 12:53





    Réponse : Aventure de azeddine1, postée le 27-09-2018 à 13:45:53 (S | E)
    ( la suite) pour arrêter l’hémorragie. Puis je marchai et trouvai une issue qui me conduisit hors de la grotte. Heureusement, la tempête avait passé et je courus pour gagner du temps car je perdais beaucoup de sang. Je ne tins plus sur mes jambes ; mon corps était épuisé et je crus que pour moi c’était la fin. « Tu vas bien, monsieur ?» Je tournai la tête et vis un monsieur qui m' apportait de l’espoir. « Non, je ne vais pas bien » répondis-je. Il appela la police qui envoya un hélicoptère pour m'évacuer. Le lendemain matin, la presse m’interrogeait parce que tout le monde voulait tout savoir sur mon aventure. Je lui donnai la vidéo accompagnée d’un conseil écrit : « Ne jamais partir dans un endroit isolé sans en aviser une personne***

    Vous avez raison Alienor, le rexte est long, Jijj m'a donné la même remarque. La prochaine fois, je vais le scinder en deux textes. Il est difficile d'écrire une courte histoire, c'est pour cela mes textes sont un peu long.
    Merci beaucoup.

    -------------------
    Modifié par azeddine1 le 27-09-2018 13:46





    Réponse : Aventure de alienor64, postée le 27-09-2018 à 23:22:44 (S | E)
    Bonsoir azeddine1

    -Merci de lire ce lien et de corriger les espaces incorrectes dans ce texte :
    Ponctuation et espaces en typographie française : Lien internet

    - À toutes fins utiles, lisez ceci : Lien internet
    Lien internet
    Lien internet
    Lien internet
    et pour terminer : Lien internet



    Un jour de l'automne dernier, je ramassai mes effets et montai dans ma voiture pour aller à la découverte d'un endroit qui s'appelait « ?il de l'enfer ». Je ne l'avais jamais visité(à remplacer par le verbe 'connaître', pour éviter la répétition de visité/visite), c'était ma première visite. J'exerçais ce genre de sport aventure (ici, deux points : pour nommer le sport dont vous parlez et justifier l'emploi du déterminant démonstratif 'ce') depuis l'adolescence. J'arrivai à destination après cinq heures de route. L'endroit était inhabitable( 'inhabitable' ou 'inhabité' ? Le sens est différent) et sans arbres comme si c'était un désert, mais il était magnifique et étonnant. Je descendis du véhicule et portai mon sac à dos qui contenait une bouteille d'eau, un appareil vidéo et une corde avec accessoires réservés à l'escalade des montagnes(enlever). Je marchai plus de quatre heures sous une une température très élevée(mieux : parlez de 'chaleur' + adjectif qualificatif) ,(pas de virgule ; conjonction de coordination) je bus presque la moitié de ma réserve d'eau. Je ne rencontrai personne, ce désert était calme à l'exception des cris de quelques aigles qui volaient et suivaient(à remplacer par un gérondif) mon chemin. Tout à coup, l'(déterminant indéfini) orage éclata, je courus dans toutes les directions pour trouver un abri. J'aperçus une grotte et sans réfléchir, j'y descendis(autre verbe : 'pénétrer') ; le passage était étroit (ici, ajoutez qu'il était en pente). Malheureusement, mes jambes(logiquement, ce sont plutôt les pieds qui glissent) glissèrent et(enlever : déjà signalé ; de plus, 'et' suivi d'un point-virgule est incorrect) ; je tombai brusquement et ma main droite se coinça sous un grand rocher. Je ne pouvais pas bouger. J'essayai(autre temps : déjà signalé) en vain de retirer ma main et je sentis une grande douleur. Je criai « au secours»(virgule) mais il n'y avait personne pour me sauver. Angoissé, je suppliais Dieu : « Oh mon Dieu, aide-moi ! Que dois-je faire pour sortir de ce danger(autre mot : il ne s'agit pas de danger, mais d'un état, d'une situation) ». Je me souvins que je portais mon téléphone, mais ma joie s'évanouit(ici, mettez un adverbe pour modifier le sens du verbe 's'évanouir') et partit en fumée(à enlever ; le verbe 's'évanouir' suffit) quand je découvris qu'il était hors réseau. Je ne savais pas combien de temps je resterais ici. La pierre était lourde si bien que toutes mes tentatives pour la casser ont échoué. Trois jours s'écoulèrent sans nourriture et je n'avais pas suffisamment de force pour rester en vie ; l'eau est finie(plus-que-parfait) ce qui compliqua encore ma situation. Je sortis mon appareil vidéo pour enregistrer cet instant et pour passer le temps : « Je demande pardon à ma mère car je ne réponds pas à son appel(mieux : pluriel) au téléphone (à remplacer par l'adjectif correspondant). Si j'en fais( en = si je réponds au téléphone Que faites-vous alors du verbe 'faire' de 'si j'en fais ??? Votre raisonnement est incorrect car le pronom 'en' remplace un nom ou un pronom précédé de la préposition 'de'. À formuler correctement) ), je vais lui dire ma destination(autre mot ou autre expression) ( ma destination est l'oeil(orthographe : œ + majuscule car c'est un nom propre) d'enfer, elle est connue sur la carte mais je n'ai pas informé ma mère Je comprends bien, mais la destination est par définition l'endroit où l'on va, où l'on doit se rendre. Ce n'est plus votre cas puisque vous êtes rendu) ) (virgule) tout comme je n'ai pas avisé ma meilleure amie de ma(déterminant défini) direction (ici, pronom relatif COD + 'aller prendre' à conjuguer) malgré sa pertinence( pourquoi 'sa pertinence' ? Ici, ce mot n'a pas de sens. Vous devriez consulter un dictionnaire pour connaître la signification des mots). Je suis bloqué ici à cause de mon égoïsme. » Je levai les yeux au ciel et vis plusieurs aigles qui volaient auprès de moi('auprès de' ne convient pas ; les aigles vous survolent, s'approchent de vous... À mieux exprimer) , ils attendaient ma fin. Je criai ( car je criais plusieurs fois Alors, dites-le ! ): « Je ne vais pas mourir, je suis l'homme des défis », puis je perdis connaissance. Le cinquième jour, je me réveillai sans force et décidai de mettre fin à tout cela. Je sortis le couteau, garrotai mon bras avec une corde et le taillai ( Tailler ce n'est pas forcement couper Ah, bon !!! Préfèrerez-vous alors 'trancher', 'sectionner'... qui sont des synonymes de 'couper' et de 'tailler'? Les liens que je vous propose vous en apprendront davantage) ) . « Quelle douleur ! Oh mon Dieu, aide-moi ! » me dis(autre temps)-je. Le sang jaillissait partout ; je mis de l'alcool sur la plaie et enveloppai ma main avec un linge pour arrêter l'hémorragie. Puis je marchai et trouvai une issue qui me conduisit hors de la grotte. Heureusement, la tempête avait passé(autre auxiliaire) et je courus pour gagner du temps car je perdais beaucoup de sang. Je ne tins(autre temps) plus sur mes jambes ; mon corps était épuisé et je crus que pour moi c'était la fin. « Tu vas bien, monsieur ?» Je tournai la tête et vis un monsieur qui m' apportait de l'espoir. « Non, je ne vais pas bien » répondis-je. Il appela la police qui envoya un hélicoptère pour m'évacuer. Le lendemain matin, la presse m'interrogeait parce que tout le monde voulait tout savoir sur mon aventure. Je lui donnai la vidéo accompagnée d'un conseil écrit : « Ne jamais partir dans un endroit isolé sans en aviser une personne.'

    '... La prochaine fois, je vais le scinder en deux textes. Il est difficile d'écrire une courte histoire, c'est pour cela que mes textes sont un peu trop () longpluriel).

    Bonne soirée



    Réponse : Aventure de azeddine1, postée le 28-09-2018 à 13:37:59 (S | E)
    Bonjour Alienor et merci pour les liens, ils sont vraiment utiles.
    Un jour de l'automne dernier, je ramassai mes effets et montai dans ma voiture pour aller à la découverte d'un endroit qui s'appelait « œil de l'enfer ». Je ne l'avais jamais connu, c'était ma première visite. J'exerçais ce genre de sport : aventure depuis l'adolescence. J'arrivai à destination après cinq heures de route. L'endroit était inhabité et sans arbres comme si c'était un désert, mais il était magnifique et étonnant. Je descendis du véhicule et portai mon sac à dos qui contenait une bouteille d'eau, un appareil vidéo et une corde avec accessoires réservés. Je marchai plus de quatre heures sous une forte chaleur et je bus presque la moitié de ma réserve d'eau. Je ne rencontrai personne, ce désert était calme à l'exception des cris de quelques aigles qui volaient en suivant mon chemin. Tout à coup, un orage éclata, je courus dans toutes les directions pour trouver un abri. J'aperçus une grotte et sans réfléchir, j'y pénétrai ; le passage était étroit et pentu. Malheureusement, mes pieds glissèrent ; je tombai brusquement et ma main droite se coinça sous un grand rocher. Je ne pouvais pas bouger. J'essayais en vain de retirer ma main et je sentis une grande douleur. Je criai « au secours», mais il n'y avait personne pour me sauver. Angoissé, je suppliais Dieu : « Oh mon Dieu, aide-moi ! Que dois-je faire pour sortir de cette situation ». Je me souvins que je portais mon téléphone, mais ma joie s'évanouit subitement quand je découvris qu'il était hors réseau. Je ne savais pas combien de temps je resterais ici. La pierre était lourde si bien que toutes mes tentatives pour la casser ont échoué. Trois jours s'écoulèrent sans nourriture et je n'avais pas suffisamment de force pour rester en vie ; l'eau s'était finie ce qui compliqua encore ma situation. Je sortis mon appareil vidéo pour enregistrer cet instant et pour passer le temps : « Je demande pardon à ma mère car je ne réponds pas à ses appels téléphoniques. Si j'y répondis (y = si je répondis à ses appels), je vais lui dire mon endroit, tout comme je n'ai pas avisé ma meilleure amie de la direction que je vais prendre malgré son insistance. Je suis bloqué ici à cause de mon égoïsme. »

    -------------------
    Modifié par azeddine1 le 28-09-2018 13:38





    Réponse : Aventure de azeddine1, postée le 28-09-2018 à 15:59:46 (S | E)
    (la suite)
    Je levai les yeux au ciel et vis plusieurs aigles qui volaient au-dessus de moi, ils attendaient ma fin. Je criais plusieurs fois : « Je ne vais pas mourir, je suis l'homme des défis », puis je perdis connaissance. Le cinquième jour, je me réveillai sans force et décidai de mettre fin à tout cela. Je sortis le couteau, garrotai mon bras avec une corde et le taillai. « Quelle douleur ! Oh mon Dieu, aide-moi ! » me disais-je. Le sang jaillissait partout ; je mis de l'alcool sur la plaie et enveloppai ma main avec un linge pour arrêter l'hémorragie. Puis je marchai et trouvai une issue qui me conduisit hors de la grotte. Heureusement, la tempête était passée et je courus pour gagner du temps car je perdais beaucoup de sang. Je ne tenais plus sur mes jambes ; mon corps était épuisé et je crus que pour moi c'était la fin. « Tu vas bien, monsieur ? » Je tournai la tête et vis un monsieur qui m'apportait de l'espoir. « Non, je ne vais pas bien » répondis-je. Il appela la police qui envoya un hélicoptère pour m'évacuer. Le lendemain matin, la presse m'interrogeait parce que tout le monde voulait tout savoir sur mon aventure. Je lui donnai la vidéo accompagnée d'un conseil écrit : « Ne jamais partir dans un endroit isolé sans en aviser une personne ».
    Merci beaucoup. Chapeau.

    -------------------
    Modifié par azeddine1 le 28-09-2018 16:00





    Réponse : Aventure de alienor64, postée le 28-09-2018 à 23:50:13 (S | E)

    Bonsoir azeddine

    La condition avec si : Lien internet



    Un jour de l'automne dernier, je ramassai mes effets(mieux avec le verbe 'prendre' suivi du nom de vos effets) et montai dans ma voiture pour aller à la découverte d'un endroit qui s'appelait « œil de l'enfer »(le nom d'un lieu est un nom propre, donc : majuscule pour la première lettre). Je ne l'avais jamais connu(autre temps : imparfait), c'était ma première visite. J'exerçais ce genre de sport : aventure(ce n'est pas un sport !) depuis l'adolescence. J'arrivai à destination après cinq heures de route. L'endroit était inhabité et sans arbres comme si c'était un désert, mais il était magnifique et étonnant. Je descendis du véhicule et portai mon sac à dos qui contenait une bouteille d'eau, un appareil vidéo et une corde avec accessoires réservés(incomplet ; 'réservés' pour quel usage ?). Je marchai plus de quatre heures sous une forte chaleur et je bus presque la moitié de ma réserve d'eau. Je ne rencontrai personne, ce désert était calme à l'exception (l'expression n'est pas très heureuse : à enlever. Mettez un point-virgule) seuls, des(déterminant défini) cris de quelques aigles qui volaient en suivant mon chemin (ici, complétez cette proposition par un verbe dont le sujet est 'des cris', suivi d'un COD (complément d'objet direct) pour exprimer ce que font ces cris dans le calme de ce désert). Tout à coup, un orage éclata,(point-virgule) je courus dans toutes les directions pour trouver un abri. J'aperçus une grotte et sans réfléchir, j'y pénétrai ; le passage était étroit et pentu. Malheureusement, mes pieds glissèrent ; je tombai brusquement et ma main droite se coinça sous un grand rocher. Je ne pouvais pas bouger. J'essayais en vain de retirer ma main et je sentis une grande douleur. Je criai « au secours», mais il n'y avait personne pour me sauver. Angoissé, je suppliais Dieu : « Oh mon Dieu, aide-moi ! Que dois-je faire pour sortir de cette situation (c'est une question, donc : point d'interrogation) ». Je me souvins que je portais(autre verbe : 'prendre' au plus-que-parfait) mon téléphone, mais ma joie s'évanouit subitement(autre adverbe : rapidement) quand je découvris qu'il était hors réseau. Je ne savais pas combien de temps je resterais ici. La pierre était lourde si bien que toutes mes tentatives pour la casser ont échoué. Trois jours s'écoulèrent sans nourriture et je n'avais pas suffisamment de force pour rester en vie ; l'eau s'était(enlevez le pronom réfléchi) finie ce qui compliqua encore ma situation. Je sortis mon appareil vidéo pour enregistrer cet instant et pour passer le temps : « Je demande pardon à ma mère car je ne réponds pas à ses appels téléphoniques. Si j'y répondis(temps incorrect : voir lien) (y = si je répondis(temps incorrect avec 'si') à ses appels), je vais lui dire mon endroit(on ne dit pas son endroit, mais l'endroit où l'on se trouve) (à compléter par une préposition qui introduit une explication : vous êtes parti sans l'avertir ou sans lui dire où vous alliez ; à vous de l'exprimer correctement) , tout comme je n'ai pas avisé ma meilleure amie de la direction que je vais(autre temps) prendre malgré son insistance. Je suis bloqué ici à cause de mon égoïsme.
    Je levai les yeux au ciel et vis plusieurs aigles qui volaient au-dessus de moi, ils attendaient ma fin. Je criais plusieurs fois : « Je ne vais pas mourir, je suis l'homme des défis », puis je perdis connaissance. Le cinquième jour, je me réveillai sans force et décidai de mettre fin à tout cela. Je sortis le couteau, garrotai mon bras avec une corde et le taillai. « Quelle douleur ! Oh mon Dieu, aide-moi ! » me disais-je. Le sang jaillissait partout ; je mis de l'alcool sur la plaie et enveloppai ma main avec un linge pour arrêter l'hémorragie. Puis je marchai et trouvai une issue qui me conduisit hors de la grotte. Heureusement, la tempête était passée et je courus pour gagner du temps car je perdais beaucoup de sang. Je ne tenais plus sur mes jambes ; mon corps était épuisé et je crus que pour moi c'était la fin. « Tu vas bien, monsieur ? » Je tournai la tête et vis un monsieur( homme) qui m'apportait de l'espoir. « Non, je ne vais pas bien » répondis-je. Il appela la police qui envoya un hélicoptère pour m'évacuer. Le lendemain matin, la presse m'interrogeait parce que tout le monde voulait tout savoir sur mon aventure. Je lui donnai la vidéo accompagnée d'un conseil écrit : « Ne jamais partir dans un endroit isolé sans en aviser une personne ».

    Bonne soirée








    Réponse : Aventure de azeddine1, postée le 01-10-2018 à 11:28:10 (S | E)
    Bonjour Alienor et merci beaucoup.
    Un jour de l'automne dernier, je pris mon sac à dos qui contenait une bouteille d'eau, un appareil vidéo et une corde avec accessoires réservés à l'escalade et montai dans ma voiture pour aller à la découverte d'un endroit qui s'appelait « Œil de l'enfer ». Je ne le connaissais jamais, c'était ma première visite. J'exerçais l'Alpinisme depuis l'adolescence. J'arrivai à destination après cinq heures de route. L'endroit était inhabité et sans arbres comme si c'était un désert, mais il était magnifique et étonnant. Je descendis du véhicule et portai mon sac à dos. Je marchai plus de quatre heures sous une forte chaleur et je bus presque la moitié de ma réserve d'eau. Je ne rencontrai personne, ce désert était calme ; seuls, les cris de quelques aigles qui volaient en suivant mon chemin perturbaient son silence. Tout à coup, un orage éclata ; je courus dans toutes les directions pour trouver un abri. J'aperçus une grotte et sans réfléchir, j'y pénétrai ; le passage était étroit et pentu. Malheureusement, mes pieds glissèrent ; je tombai brusquement et ma main droite se coinça sous un grand rocher. Je ne pouvais pas bouger. J'essayais en vain de retirer ma main et je sentis une grande douleur. Je criai « au secours», mais il n'y avait personne pour me sauver. Angoissé, je suppliais Dieu : « Oh mon Dieu, aide-moi ! Que dois-je faire pour sortir de cette situation ? ». Je me souvins que j'avais pris mon téléphone, mais ma joie s'évanouit rapidement quand je découvris qu'il était hors réseau. Je ne savais pas combien de temps je resterais ici. La pierre était lourde si bien que toutes mes tentatives pour la casser ont échoué. Trois jours s'écoulèrent sans nourriture et je n'avais pas suffisamment de force pour rester en vie ; l'eau était finie ce qui compliqua encore ma situation. Je sortis mon appareil vidéo pour enregistrer cet instant et pour passer le temps : « Je demande pardon à ma mère car je ne réponds pas à ses appels téléphoniques. Si j'y réponds, je lui dirai l'endroit où je me trouve, en effet, je suis parti sans l'avertir, tout comme je n'ai pas avisé ma meilleure amie de la direction que je irai prendre malgré son insistance. Je suis bloqué ici à cause de mon égoïsme. »
    Pourquoi m'avez-vous dit « vos effets » au lieu de dire « tes effets » ?
    Merci.
    ***

    -------------------
    Modifié par azeddine1 le 01-10-2018 11:29





    Réponse : Aventure de azeddine1, postée le 01-10-2018 à 11:35:47 (S | E)
    (la suite)
    Je levai les yeux au ciel et vis plusieurs aigles qui volaient au-dessus de moi, ils attendaient ma fin. Je criais plusieurs fois : « Je ne vais pas mourir, je suis l'homme des défis », puis je perdis connaissance. Le cinquième jour, je me réveillai sans force et décidai de mettre fin à tout cela. Je sortis le couteau, garrotai mon bras avec une corde et le taillai. « Quelle douleur ! Oh mon Dieu, aide-moi ! » me disais-je. Le sang jaillissait partout ; je mis de l'alcool sur la plaie et enveloppai ma main avec un linge pour arrêter l'hémorragie. Puis je marchai et trouvai une issue qui me conduisit hors de la grotte. Heureusement, la tempête était passée et je courus pour gagner du temps car je perdais beaucoup de sang. Je ne tenais plus sur mes jambes ; mon corps était épuisé et je crus que pour moi c'était la fin. « Tu vas bien, monsieur ? » Je tournai la tête et vis un homme qui m'apportait de l'espoir. « Non, je ne vais pas bien » répondis-je. Il appela la police qui envoya un hélicoptère pour m'évacuer. Le lendemain matin, la presse m'interrogeait parce que tout le monde voulait tout savoir sur mon aventure. Je lui donnai la vidéo accompagnée d'un conseil écrit : « Ne jamais partir dans un endroit isolé sans en aviser une personne ».
    ***



    Réponse : Aventure de alienor64, postée le 01-10-2018 à 12:04:10 (S | E)
    Bonjour azeddine1



    Un jour de l'automne dernier, je pris mon sac à dos qui contenait une bouteille d'eau, un appareil vidéo et une corde avec accessoires réservés à l'escalade et montai dans ma voiture pour aller à la découverte d'un endroit qui s'appellait(orthographe, mais à remplacer par le participe passé de 'appeler' pour alléger la phrase) « Œil de l'enfer ». Je ne le connaissais jamais(autre mot négatif Lien internet
    , c'était ma première visite. J'exerçais(autre verbe : pratiquer) l'Alpinisme(minuscule) depuis l'adolescence. J'arrivai à destination(en fin de proposition, pour que, placé en début de phrase, le temps passé sur la route soit mis en relief) après cinq heures de route. L'endroit était inhabité et sans arbres comme si c'était un désert, mais il était magnifique et étonnant. Je descendis du véhicule et portai mon sac à dos. Je marchai plus de quatre heures sous une forte chaleur et je(enlever) bus presque la moitié de ma réserve d'eau. Je ne rencontrai personne, ce désert était calme ; seuls, les cris de quelques aigles qui volaient en suivant mon chemin perturbaient(autre verbe : troubler) son(déterminant défini) silence. Tout à coup, un orage éclata ; je courus dans toutes les directions pour trouver un abri. J'aperçus une grotte et sans réfléchir, j'y pénétrai ; le passage était étroit et pentu. Malheureusement, mes pieds glissèrent ; je tombai brusquement et ma main droite se coinça sous un grand rocher. Je ne pouvais pas bouger. J'essayais en vain de retirer ma main et je sentis une grande douleur. Je criai « au secours», mais il n'y avait personne pour me sauver. Angoissé, je suppliais Dieu : « Oh mon Dieu, aide-moi ! Que dois-je faire pour sortir de cette situation ? ». Je me souvins que j'avais pris mon téléphone, mais ma joie s'évanouit rapidement quand je découvris qu'il était hors réseau. Je ne savais pas combien de temps je resterais ici. La pierre était lourde si bien que toutes mes tentatives pour la casser ont échoué. Trois jours s'écoulèrent sans nourriture et je n'avais pas suffisamment de force pour rester en vie ; l'eau était finie ce qui compliqua encore ma situation. Je sortis mon appareil vidéo pour enregistrer cet instant et pour passer le temps : « Je demande pardon à ma mère car je ne réponds pas à ses appels téléphoniques. Si j'y réponds, je lui dirai l'endroit où je me trouve,(pas de virgule, mais point-virgule) en effet, je suis parti sans l'avertir, tout comme je n'ai pas avisé ma meilleure amie de la direction que je vais(autre tempsOui ! Autre temps! Vous avez mis un présent alors que 'je n'ai pas avisé' dont dépend 'aller prendre' est à un temps du passé)) prendre malgré son insistance. Je suis bloqué ici à cause de mon égoïsme.

    La suite est très correcte ; je ne la recopie donc pas.

    Bonne journée



    Réponse : Aventure de azeddine1, postée le 01-10-2018 à 21:42:05 (S | E)
    Bonsoir Alienor et merci infinement.
    Un jour de l'automne dernier, je pris mon sac à dos qui contenait une bouteille d'eau, un appareil vidéo et une corde avec accessoires réservés à l'escalade et montai dans ma voiture pour aller à la découverte d'un endroit appelant « Œil de l'enfer ». Je ne le connaissais plus (le lien ne fonctionne pas connexion faible), c'était ma première visite. Je pratiquais l'alpinisme depuis l'adolescence. Après cinq heures de route, j'arrivai à destination. L'endroit était inhabité et sans arbres comme si c'était un désert, mais il était magnifique et étonnant. Je descendis du véhicule et portai mon sac à dos. Je marchai plus de quatre heures sous une forte chaleur et bus presque la moitié de ma réserve d'eau. Je ne rencontrai personne, ce désert était calme ; seuls, les cris de quelques aigles qui volaient en suivant mon chemin troublaient le silence. Tout à coup, un orage éclata ; je courus dans toutes les directions pour trouver un abri. J'aperçus une grotte et sans réfléchir, j'y pénétrai ; le passage était étroit et pentu. Malheureusement, mes pieds glissèrent ; je tombai brusquement et ma main droite se coinça sous un grand rocher. Je ne pouvais pas bouger. J'essayais en vain de retirer ma main et je sentis une grande douleur. Je criai « au secours», mais il n'y avait personne pour me sauver. Angoissé, je suppliais Dieu : « Oh mon Dieu, aide-moi ! Que dois-je faire pour sortir de cette situation ? ». Je me souvins que j'avais pris mon téléphone, mais ma joie s'évanouit rapidement quand je découvris qu'il était hors réseau. Je ne savais pas combien de temps je resterais ici. La pierre était lourde si bien que toutes mes tentatives pour la casser ont échoué. Trois jours s'écoulèrent sans nourriture et je n'avais pas suffisamment de force pour rester en vie ; l'eau était finie ce qui compliqua encore ma situation. Je sortis mon appareil vidéo pour enregistrer cet instant et pour passer le temps : « Je demande pardon à ma mère car je ne réponds pas à ses appels téléphoniques. Si j'y réponds, je lui dirai l'endroit où je me trouve ; en effet, je suis parti sans l'avertir, tout comme je n'ai pas avisé ma meilleure amie de la direction que j'ai pris malgré son insistance. Je suis bloqué ici à cause de mon égoïsme. »
    ***

    -------------------
    Modifié par azeddine1 le 01-10-2018 21:43





    Réponse : Aventure de alienor64, postée le 01-10-2018 à 23:27:28 (S | E)
    Bonsoir azeddine1

    '... merci infinement infiniment.


    Un jour de l'automne dernier, je pris mon sac à dos qui contenait une bouteille d'eau, un appareil vidéo et une corde avec accessoires réservés à l'escalade et montai dans ma voiture pour aller à la découverte d'un endroit appelant(participe passé et non participe présent) « Œil de l'enfer ». Je ne le connaissais plus(autre mot négatif ; lisez ceci : Lien internet
    (ce lien fonctionne-t-il à présent ?), c'était ma première visite. Je pratiquais l'alpinisme depuis l'adolescence. Après cinq heures de route, j'arrivai à destination. L'endroit était inhabité et sans arbres comme si c'était un désert, mais il était magnifique et étonnant. Je descendis du véhicule et portai mon sac à dos. Je marchai plus de quatre heures sous une forte chaleur et bus presque la moitié de ma réserve d'eau. Je ne rencontrai personne, ce désert était calme ; seuls, les cris de quelques aigles qui volaient en suivant mon chemin troublaient le silence(la formulation sera plus agréable en plaçant ce groupe de mots après 'seuls,' donc en début de proposition pour le mettre en relief et lui donner plus d'importance). Tout à coup, un orage éclata ; je courus dans toutes les directions pour trouver un abri. J'aperçus une grotte et sans réfléchir, j'y pénétrai ; le passage était étroit et pentu. Malheureusement, mes pieds glissèrent ; je tombai brusquement et ma main droite se coinça sous un grand rocher. Je ne pouvais pas bouger. J'essayais en vain de retirer ma main et je sentis une grande douleur. Je criai « au secours», mais il n'y avait personne pour me sauver. Angoissé, je suppliais(mieux au passé simple) Dieu : « Oh mon Dieu, aide-moi ! Que dois-je faire pour sortir de cette situation ? ». Je me souvins que j'avais pris mon téléphone, mais ma joie s'évanouit rapidement quand je découvris qu'il était hors réseau. Je ne savais pas combien de temps je resterais ici. La pierre était lourde si bien que toutes mes tentatives pour la casser ont échoué. Trois jours s'écoulèrent sans nourriture et je n'avais pas suffisamment de force pour rester en vie ; l'eau était finie ce qui compliqua encore ma situation. Je sortis mon appareil vidéo pour enregistrer cet instant et pour passer le temps : « Je demande pardon à ma mère car je ne réponds pas à ses appels téléphoniques. Si j'y réponds, je lui dirai l'endroit où je me trouve ; en effet, je suis parti sans l'avertir, tout comme je n'ai pas avisé ma meilleure amie de la direction que j'ai pris(ce n'est pas 'aller prendre' que vous avez conjugué, mais 'prendre' au passé composé avec une erreur d'accord. Cependant, ce n'est pas 'prendre' que vous aviez conjugué en première intention, mais 'aller prendre'. Suivez donc l'indication donnée et conjuguez à un temps du passé (à l'imparfait) ce que vous aviez écrit au présent ('je vais prendre') malgré son insistance. Je suis bloqué ici à cause de mon égoïsme. »


    Bonne soirée




    Réponse : Aventure de azeddine1, postée le 03-10-2018 à 16:51:08 (S | E)
    Bonjour Alienor et merci infiniment
    Un jour de l'automne dernier, je pris mon sac à dos qui contenait une bouteille d'eau, un appareil vidéo et une corde avec accessoires réservés à l'escalade et montai dans ma voiture pour aller à la découverte d'un endroit appelé « Œil de l'enfer ». Je ne le connaissais pas, c'était ma première visite. Je pratiquais l'alpinisme depuis l'adolescence. Après cinq heures de route, j'arrivai à destination. L'endroit était inhabité et sans arbres comme si c'était un désert, mais il était magnifique et étonnant. Je descendis du véhicule et portai mon sac à dos. Je marchai plus de quatre heures sous une forte chaleur et bus presque la moitié de ma réserve d'eau. Je ne rencontrai personne, ce désert était calme ; seuls, troublaient le silence, les cris de quelques aigles qui volaient en suivant mon chemin. Tout à coup, un orage éclata ; je courus dans toutes les directions pour trouver un abri. J'aperçus une grotte et sans réfléchir, j'y pénétrai ; le passage était étroit et pentu. Malheureusement, mes pieds glissèrent ; je tombai brusquement et ma main droite se coinça sous un grand rocher. Je ne pouvais pas bouger. J'essayais en vain de retirer ma main et je sentis une grande douleur. Je criai « au secours», mais il n'y avait personne pour me sauver. Angoissé, je suppliai Dieu : « Oh mon Dieu, aide-moi ! Que dois-je faire pour sortir de cette situation ? ». Je me souvins que j'avais pris mon téléphone, mais ma joie s'évanouit rapidement quand je découvris qu'il était hors réseau. Je ne savais pas combien de temps je resterais ici. La pierre était lourde si bien que toutes mes tentatives pour la casser ont échoué. Trois jours s'écoulèrent sans nourriture et je n'avais pas suffisamment de force pour rester en vie ; l'eau était finie ce qui compliqua encore ma situation. Je sortis mon appareil vidéo pour enregistrer cet instant et pour passer le temps : « Je demande pardon à ma mère car je ne réponds pas à ses appels téléphoniques. Si j'y réponds, je lui dirai l'endroit où je me trouve ; en effet, je suis parti sans l'avertir, tout comme je n'ai pas avisé ma meilleure amie de la direction que j'allais prendre malgré son insistance. Je suis bloqué ici à cause de mon égoïsme. »
    ***

    -------------------
    Modifié par azeddine1 le 03-10-2018 16:51





    Réponse : Aventure de alienor64, postée le 03-10-2018 à 22:17:02 (S | E)
    Bonsoir azeddine1

    Bravo ! Votre texte est à présent tout à fait correct ; supprimez la virgule après 'silence' et il sera parfait : '...seuls, troublaient le silence, les cris de quelques aigles... '

    Bonne continuation




    Réponse : Aventure de azeddine1, postée le 04-10-2018 à 10:57:40 (S | E)
    Bonjour Alienor
    Je tiens cette occasion pour vous remercier pour vos efforts et aussi remercier tous les correcteurs qui font un travail formidable en vue de nous aider. Vous êtes tous très gentils.
    Merci beaucoup.
    Il me reste une seule question : à votre avis, mon niveau en français est de débutant ou intermèdiaire ?



    Réponse : Aventure de alienor64, postée le 04-10-2018 à 22:47:42 (S | E)
    Bonsoir azeddine1


    Il me reste une seule question : à votre avis, mon niveau en français est-il de débutant ou intermédiaire ?
    - Vous êtes au-delà du niveau débutant, mais continuez à faire les exercices, même ceux pour les débutants en allant progressivement vers le niveau supérieur. Et lisez !

    Bonne soirée.




    Réponse : Aventure de azeddine1, postée le 08-10-2018 à 10:28:45 (S | E)
    Ok, merci pour le conseil.




    [POSTER UNE NOUVELLE REPONSE] [Suivre ce sujet]


    Cours gratuits > Forum > Apprendre le français
    Share : Facebook / Google+ / Twitter / ...