Add a new lesson / test / 1 lesson per week
Log in!

Click here to log in
New account
4 million accounts created!
JOIN our free club and learn French now!




Get a free French lesson every week!

  • Home
  • Contact
  • Print
  • Guestbook
  • Report a bug


  •  




    Ads:





    Caverne

    Cours gratuits > Forum > Apprendre le français || En bas

    [POSTER UNE NOUVELLE REPONSE] [Suivre ce sujet]


    Caverne
    Message de datchay91 posté le 15-04-2019 à 01:16:44 (S | E | F)
    Bonsoir. Je vous saurai gré si vous m'aidez à corriger le texte suivant.

    Lors de 15 minutes de récréation, mon voisin à qui j'avais décrit les gestes de notre maître avant que nous ne soyons sortis en pause, raconta à tous les élèves de notre classe que je savais prédire l'avenir. Très sceptiques, ils ne voulurent pas le croire et se raillèrent de lui. Même en leur racontant ce que je venais de lui prédir, il ne put pas les convaincre. Il y en eut qui le traitèrent de gamin et de naïf d'une part et il y en eut qui le prirent pour un idiot qui racontait n'importe quoi d'autres parts. Certains lui demandèrent s'il ne parlait pas d'une autre personne que moi pendant que d'autres ordonnaient de me faire venir afin que j'aie mis fin à la discussion en leur tranchant le différend. Il eut un brouhaha total dans la classe à tel point que, moi qui étais dehors en ce moment-là, me demandai ce que ces derniers avaient à crier de la sorte. Il ne restait que quelques minutes de pause. Zandji, mon voisin, vint me voir et me dit que les élèves avaient besoin de moi en classe. Je l'interrogeai si tout allait bien et pourquoi ce bruit. Il répondut que je le saurais une fois en classe. Dès que j'entrai, tout le monde me pointa du doigt en disant que me voilà moi-même arrivé et qu'il fallut qu'on me l'ait demandé alors. Chacun voulait parlait. Un élève au fond de la classe qui avait l'air silencieux et grand intervint. Il avait une voix assez grave pour se faire entendre. C'était notre chef. Il avait l'habitude d'intervenir en dernière position. À sa prise de parole, tous les élèves se turent. Il me demanda si ce que Zandji venait de leur apprendre était vrai. Faisant comme si je ne savais pas de quoi il s'agissait, je répondai que j'ignorais ce qu'il leur avait dit. Il rétorqua si je connaissais l'inconnaissable.

    Merci d'avance. À bientôt !


    Réponse : Caverne de alienor64, postée le 15-04-2019 à 11:43:13 (S | E)

    Bonjour datchay91


    (S'il vous plaît, mettez une indication de lieu ou d'époque pour situer votre récit ; vous ne pouvez pas commencer votre histoire sans cette précision) Lors de(pluriel) 15(en lettres) minutes de récréation, mon voisin à qui j'avais décrit les gestes de notre maître avant que nous ne soyons sortis en pause(à formuler plus simplement), raconta à tous les élèves de notre classe que je savais prédire l'avenir. Très sceptiques, ils ne voulurent pas le croire et se raillèrent de lui(incorrect car 'railler' est transitif). Même en leur racontant ce que je venais de lui prédir(orthographe), il ne put pas(mieux : à supprimer) les convaincre. Il y en eut qui le traitèrent de gamin et de naïf d'une part(enlever) et il y en eut qui le prirent pour un idiot qui racontait n'importe quoi d'autres parts(enlever). Certains lui demandèrent s'il ne parlait pas d'une autre personne que moi pendant que d'autres ordonnaient de me faire venir afin que j'aie mis(autre temps) fin à la discussion en leur tranchant le différend(incorrect ; à reformuler ou à supprimer). Il eut un brouhaha total dans la classe à tel point que, moi qui étais dehors en ce moment-là, (pronom personnel sujet) me demandai ce que ces derniers avaient à crier de la sorte. Il ne restait que quelques minutes de pause. Zandji, mon voisin, vint me voir et me dit que les élèves avaient besoin de moi en classe. Je l'interrogeai(autre verbe : 'interroger' est mal employé ici) si tout allait bien et pourquoi ce bruit. Il répondut(erreur : 'répondre' au passé simple) que je le saurais(indicatif) une fois en classe. Dès que j'entrai, tout le monde me pointa du doigt en disant que me voilà moi-même arrivé et qu'il fallut qu'on me l'ait demandé alors(incompréhensible ; à reformuler). Chacun voulait parlait(erreur). Un élève au fond de la classe qui avait l'air silencieux et grand(pourquoi 'grand' ??? Quel est l'intérêt pour le lecteur de connaître la taille de l'élève ?) intervint. Il avait une voix assez grave pour se faire entendre. C'était notre chef. Il avait l'habitude d'intervenir en dernière position. À sa prise de parole, tous les élèves se turent. Il me demanda si ce que Zandji venait de leur apprendre était vrai. Faisant comme si je ne savais pas de quoi il s'agissait, je répondai(erreur) que j'ignorais ce qu'il leur avait dit. Il rétorqua si(conjonction de subordination incorrecte) je connaissais l'inconnaissable.

    Bonne correction





    Réponse : Caverne de datchay91, postée le 16-04-2019 à 05:18:26 (S | E)
    Bonsoir. Je vous saurai gré si vous m'aidez à corriger le texte suivant.

    (S'il vous plaît, mettez une indication de lieu ou d'époque pour situer votre récit ; vous ne pouvez pas commencer votre histoire sans cette précision), ce texte-ci n'est que la suite d'un autre déjà corrigé.

    Lors des quinze minutes de récréation, mon voisin à qui j'avais décrit les gestes de notre maître avant de sortir en pause, raconta à tous les élèves de notre classe que je savais prédire l'avenir. Très sceptiques, ils ne voulurent pas le croire et le raillèrent. Même en leur racontant ce que je venais de lui prédire, il ne put les convaincre. Il y en eut qui le traitèrent de gamin et de naïf et il y en eut qui le prirent pour un idiot qui racontait n'importe quoi. Certains lui demandèrent s'il ne parlait pas d'une autre personne que moi pendant que d'autres ordonnaient de me faire venir afin que je mette fin à la discussion en leur disant la vérité. Il eut un brouhaha total dans la classe à tel point que, moi qui étais dehors en ce moment-là, je me demandai ce que ces derniers avaient à crier de la sorte. Il ne restait que quelques minutes de pause. Zandji, mon voisin, vint me voir et me dit que les élèves avaient besoin de moi en classe. Je lui demandai si tout allait bien et pourquoi ce bruit. Il répondit que je le saurai ( Et la concordance alors ? Au discours direct, cela correspond à " il répond : « tu le sauras... C'est pour dire que, normalement, le mode conditionnel ici correspond au futur simple, n'est-ce pas vrai ? En outre, j'ai lu une règle de grammaire qui disait que le conditionnel pourrait être utilisé pour exprimer un futur dans le passé. Je ne comprends finalement rien ) une fois en classe. Dès que j'entrai, tout le monde me pointa du doigt en disant que me voilà moi-même arrivé et qu'il fallut qu'on me demande si ce que Zandji leur avait dit était vrai. Chacun voulait parler. Un élève au fond de la classe qui avait l'air silencieux intervint. Il avait une voix assez grave pour se faire entendre. C'était notre chef. Il avait l'habitude d'intervenir en dernière position. À sa prise de parole, tous les élèves se turent. Il me demanda si ce que Zandji venait de leur apprendre était vrai. Faisant comme si je ne savais pas de quoi il s'agissait, je répondis que j'ignorais ce qu'il leur avait dit. Il voulait en fait savoir si je connaissais l'inconnaissable.

    Merci beaucoup de m'avoir aidé. À bientôt !



    Réponse : Caverne de alienor64, postée le 16-04-2019 à 11:41:41 (S | E)
    Bonjour datchay91

    (S'il vous plaît, mettez une indication de lieu ou d'époque pour situer votre récit ; vous ne pouvez pas commencer votre histoire sans cette précision), ce texte-ci n'est que la suite d'un autre déjà corrigé.Merci de cette précision ; je l'ignorais.

    Lors des quinze minutes de récréation, mon voisin à qui j'avais décrit les gestes de notre maître avant de sortir en pause(à enlever car alourdit la phrase ; mettre un adverbe pour indiquer cette idée et à placer correctement), raconta à tous les élèves de notre classe que je savais prédire l'avenir. Très sceptiques, ils ne voulurent pas le croire et le raillèrent. Même en leur racontant ce que je venais de lui prédire, il ne put les convaincre. Il y en eut qui le traitèrent de gamin et de naïf et il y en eut qui le prirent pour un idiot qui racontait n'importe quoi. Certains lui demandèrent s'il ne parlait pas d'une autre personne que moi pendant que d'autres ordonnaient de me faire venir afin que je mette fin à la discussion en leur disant la vérité. Il eut(forme impersonnelle incorrecte) un brouhaha total dans la classe à tel point que, moi qui étais dehors en(autre préposition) ce moment-là, je me demandai ce que ces derniers avaient à crier de la sorte. Il ne restait que quelques minutes de pause. Zandji, mon voisin, vint me voir et me dit que les élèves avaient besoin de moi en classe. Je lui demandai si tout allait bien et pourquoi ce bruit. Il répondit que je le saurai ( Et la concordance alors ? Merci de me l'avoir rappelé ! Au discours direct, cela correspond à " il répond : « tu le sauras... C'est pour dire que, normalement, le mode conditionnel ici correspond au futur simple, n'est-ce pas vrai ? Non ! Le mode conditionnel ne correspond pas au futur simple, mais au futur du passé ou futur hypothétique. En outre, j'ai lu une règle de grammaire qui disait que le conditionnel pourrait être utilisé pour exprimer un futur dans le passé. Je ne comprends finalement rien Le futur du passé, qui emprunte sa forme au conditionnel présent, est utilisé pour une action que l'on situe dans le futur par rapport à une action qui est exprimée au passé. Gardez donc le futur du passé et tout sera... bien !)) une fois en classe. Dès que j'entrai, tout le monde me pointa du doigt en disant que me voilà moi-même arrivé(à reformuler car mal exprimé : déjà signalé et non corrigé ; mettez une conjonction pour introduire une justification + verbe) et qu'(enlever) il fallut(autre temps) qu'on me demande si ce que Zandji leur avait dit était vrai. Chacun voulait parler. Un élève au fond de la classe qui avait l'air silencieux(ne garder que l'adjectif et le faire suivre d'une indication de temps : une préposition pour indiquer une limite temporelle + adverbe signifiant 'à ce moment-là'. Placer ce groupe de mots entre deux virgules)) intervint. Il avait une voix assez grave(est-ce le bon adjectif ?) pour se faire entendre. C'était notre chef. Il avait l'habitude d'intervenir en dernière position. À sa prise de parole, tous les élèves se turent. Il me demanda si ce que Zandji venait de leur apprendre était vrai. Faisant comme si je ne savais pas de quoi il s'agissait, je répondis que j'ignorais ce qu'il leur avait dit. Il voulait en fait savoir si je connaissais l'inconnaissable.

    Bonne journée









    Réponse : Caverne de datchay91, postée le 17-04-2019 à 03:40:24 (S | E)
    Bonsoir, alienor64. Je vous suis très reconnaissant de votre aide.

    Lors des quinze minutes de récréation, mon voisin à qui j'avais décrit les gestes de notre maître, raconta à tous les élèves de notre classe que je savais prédire l'avenir. Très sceptiques, ils ne voulurent pas le croire et le raillèrent. Même en leur racontant ce que je venais de lui prédire, il ne put les convaincre. Il y en eut qui le traitèrent de gamin et de naïf et il y en eut qui le prirent pour un idiot qui racontait n'importe quoi. Certains lui demandèrent s'il ne parlait pas d'une autre personne que moi pendant que d'autres ordonnaient de me faire venir afin que je mette fin à la discussion en leur disant la vérité. Il y eut un brouhaha total dans la classe à tel point que, moi qui étais dehors à ce moment-là, je me demandai ce que ces derniers avaient à crier de la sorte. Il ne restait que quelques minutes de pause. Zandji, mon voisin, vint me voir et me dit que les élèves avaient besoin de moi en classe. Je lui demandai si tout allait bien et pourquoi ce bruit. Il répondit que je le saurais une fois en classe. Dès que j'entrai, tout le monde me pointa du doigt, pour montrer que je venais d'entrer, en disant qu'il fallait qu'on me demande si ce que Zandji leur avait dit était vrai. Chacun voulait parler. Un élève silencieux, au fond de la classe, intervint alors. Il avait une voix assez grave ( Pour moi, oui ) pour se faire entendre. C'était notre chef. Il avait l'habitude d'intervenir en dernière position. À sa prise de parole, tous les élèves se turent. Il me demanda si ce que Zandji venait de leur apprendre était vrai. Faisant comme si je ne savais pas de quoi il s'agissait, je répondis que j'ignorais ce qu'il leur avait dit. Il voulait en fait savoir si je connaissais l'inconnaissable...

    Merci infiniment. À bientôt !



    Réponse : Caverne de alienor64, postée le 17-04-2019 à 11:19:51 (S | E)

    Bonjour datchay91

    S'il vous plaît, lisez et appliquez les indications de correction, même et surtout si elles constituent, à première vue, un problème pour vous. C'est l'occasion de ne pas vous cantonner à ce que vous savez, de faire des recherches grammaticales et d'élargir vos connaissances.


    Dès que j'entrai, tout le monde me pointa du doigt, pour montrer que je venais d'entrer(C'est un truisme ! Lisez ou relisez l'indication déjà proposée et corrigez ; vous enlèverez la virgule devant cette proposition et mettrez une conjonction de coordination),en disant qu'il fallait qu'on me demande(expression beaucoup trop lourde : à remplacer par 'demander' à conjuguer, précédé d'un pronom personnel COI) si ce que Zandji leur avait dit était vrai. Chacun voulait parler. Un élève (ici, il manque une indication de limite dans le temps ; vous n'avez pas tenu compte de ce que je vous ai proposé pour que votre texte suive une certaine logique ; s'il vous plaît, corrigez) silencieux,(pas de virgule) au fond de la classe, intervint alors(à placer après la préposition de temps demandée dans la correction précédente). Il avait une voix assez grave ( Pour moi, oui Soit !!! On peut avoir une voix grave et basse. Mais puisque vous êtes aussi catégorique dans vos réponses, je vous laisse à vos choix !) ) pour se faire entendre. C'était notre chef. Il avait l'habitude d'intervenir en dernière position. À sa prise de parole, tous les élèves se turent. Il me demanda si ce que Zandji venait de leur apprendre était vrai. Faisant comme si je ne savais pas de quoi il s'agissait, je répondis que j'ignorais ce qu'il leur avait dit. Il voulait en fait savoir si je connaissais l'inconnaissable... (ce mot n'est pas celui qui convient : 'l'inconnaissable' désigne ce qui n'est pas connu ; or, ce que vous avez prédit a fini par être connu ! Ce n'est donc pas l'inconnaissable que vous connaissez !)

    Bonne journée




    [POSTER UNE NOUVELLE REPONSE] [Suivre ce sujet]


    Cours gratuits > Forum > Apprendre le français
    Share : Facebook / Google+ / Twitter / ...